Prix Pose Carrelage : Quel Tarif au m2 et Quel Carrelage Choisir ?

Prix Pose Carrelage : Quel Tarif au m2 et Quel Carrelage Choisir ?
4.9 / 5 (14 votes)
Quel est le prix pose carrelage moyen ? Quel est le tarif horaire d’un carreleur ? Quel est le prix m2 d’un carrelage ? Quel est le prix d’un carrelage par type ? Est-ce que la technique de pose influence le prix de pose d’un carrelage ? Comment poser un carrelage soi-même sans se tromper ? TarifArtisan.fr vous a rassemblé toutes les informations nécessaires pour économiser au maximum lors de la pose de votre carrelage. Évitez les pièges et profitez du guide pratique Prix Pose Carrelage pour réaliser des économies.

Technique de pose carrelage

Pose scellée ou traditionnelle

Il existe plusieurs façons de poser du carrelage. La plus traditionnelle est la pose scellée. Dans un premier temps, une chape de mortier est réalisée. Ensuite, les carreaux sont posés sur cette chape. Elle permet de combler les surfaces où le niveau est variable. Aujourd’hui, cette technique est principalement utilisée pour la pose de carrelage en extérieur.

Elle présente plusieurs avantages :

  • Nivelle la surface
  • Ne nécessite pas de support supplémentaire en plus de la chape de ciment
  • Permet d’économiser

Toutefois, elle génère aussi des inconvénients

  • La pose des carreaux doit se faire avant que la dalle sèche, ce qui nécessite une pose rapide
  • Cette caractéristique rend également la pose difficile et délicate
  • Ne convient pas vraiment pour les grands carreaux
  • Technique non adaptée pour les murs
  • Rend difficile une rénovation

La pose scellée est assez complexe et il est vivement conseillé de faire appel à un professionnel. Comptez entre 30€ et 40€ le m2 la pose sans la fourniture.

Pose collée sol et mur

Cette fois le carrelage n’est pas scellé à même la dalle de béton. Un mortier est utilisé pour servir de colle. Cette colle est étalée sur le support déjà existant, qu’il s’agisse d’une dalle ou d’un ancien carrelage. Puis, les carreaux sont posés sur la colle.

La pose collée présente certains avantages :

  • La pose est plus évidente et nécessite moins de compétences qu’une pose scellée
  • Possibilité de progresser carreau par carreau en étalant la colle au fur et à mesure
  • Peut être utilisée sur le sol et sur les murs

Côté inconvénients, on note les éléments suivants :

  • L’achat de la colle entraîne un coût plus élevé
  • Faire attention à choisir une colle adaptée au type de carrelage

La pose s’élève également entre 30€ et 40€ le m2 hors fourniture.

Pose carrelage clipsé

La pose clipsée est encore peu répandue. Chaque carreau dispose d’un support en plastique sur sa face du dessous. Ce sont ces différents supports qui se clipsent les uns aux autres un peu à l’image de pièces de puzzle.

La pose clipsée a des avantages :

  • Pose simplifiée : pas de colle, pas de joints…
  • Pose rapide
  • Pose économique, car on économise le prix de la colle et du professionnel

Mais elle a aussi quelques inconvénients :

  • Coût d’achat des carreaux plus élevé
  • Choix restreint de carreaux
  • Peu générer plus de bruit quand on marche dessus

Difficile de donner un coût de la pose, car généralement cette technique ne nécessite pas l’aide d’un professionnel. Par contre, on peut donner une estimation du coût du carreau qui s’élève en moyenne entre 40€ et 50€ le m2.

Classification carrelage

On trouve deux classifications principales pour le carrelage.

La classification PEI précise la résistance à l’usure du carrelage, c’est-à-dire en fonction de la fréquence de passage :

  • PEI 1 : convient pour une fréquence de passage faible ou délicate (pieds nus, pas d’accès vers l’extérieur…)
  • PEI 2 : fréquence de passage plutôt normale, mais en réduisant au minimum les saletés abrasives
  • PEI 3 : fréquence de passage normale, avec un risque d’abrasion normal
  • PEI 4 : fréquence de passage élevée, et risque d’abrasion élevé
  • PEI 5 : fréquence de passage très élevée et haute résistant à l’abrasion (convient pour l’extérieur)

La classification Mohs note la résistance du carrelage face aux rayures :

  • Mohs 1 à 3 : faible résistance
  • Mohs 4 à 7 : bonne résistance
  • Mohs 8 à 10 : carrelage inrayable

Type de pose d’un carrelage

La pose d’un carrelage nécessite de prendre en compte différents aspects, dont le sens de pose. Celui-ci dépend de la forme des carreaux et de leurs motifs. Il faut savoir que le sens de la pose influence l’impression d’espace de la pièce. Ainsi, dans certains cas, il donne l’impression d’agrandir la pièce et à l’inverse, dans d’autres cas il va la réduire.

Quand les carreaux ont des motifs, le sens de la pose est également essentiel pour la déco.

On distingue plusieurs sens de pose dont voici quelques exemples parmi les plus répandus : pose droite, pose en chevrons, pose en diagonale, pose à joints contrariés, pose en cabochons, pose en damier et pose tapis.

Quels sont les différents types de pose d’un carrelage ?

Pose carrelage droite

Les carreaux sont posés de façon rectiligne avec les joints parallèles aux murs de la pièce. Cette pose classique est l’une des plus répandues, car elle a l’avantage de ne pas se démoder, de rester toujours moderne, et elle convient autant pour les petits carreaux que pour les grands carreaux.

Pose carrelage diagonale

Le principe est un peu le même que la pose droite, c’est-à-dire que les carreaux sont alignés les uns par rapport aux autres, sauf qu’ils sont posés dans le sens de la diagonale de la pièce. Également appelée pose oblique, elle permet d’agrandir l’espace.

Pose à joints contrariés ou pose décalée

À l’image d’un mur de briques ou d’un toit en ardoises, chaque ligne de carreau est décalée par rapport à la suivante d’un demi-carreau. Autrement dit, toutes les lignes paires sont alignées entre elles, et toutes les lignes impaires sont alignées entre elles, mais les lignes paires et impaires sont décalées. Cette technique peut être utilisée en pose droite ou diagonale.

Pose en chevron

Cette pose fonctionne uniquement avec des carreaux rectangulaires non carrés. Le but étant de reproduire des formes en chevrons. Plus complexe, cette pose apporte un cachet plus traditionnel à une pièce.

Pose de carrelage en pipe

Pour faire simple, on peut définir la pose en pipe comme un carreau de petit format encadré par 4 carreaux de grand format. Toutefois il existe plusieurs variantes, mais le procédé est similaire, c’est-à-dire qu’il consiste à mélanger plusieurs formats de carreaux.

Pose en damier

Ici, le but est de reconstituer l’aspect d’un damier. On utilise au moins deux couleurs de carreaux différentes qu’on alterne par groupe de quatre carreaux. On peut également jouer sur les motifs. LA pose en damier peut être réalisée selon une pose droit ou selon une pose en diagonale.

Pose en tapis

Dans ce cas, on utilise des carreaux à motifs pour délimiter une zone à un endroit spécifique de la pièce : entrée, centre… De ce fait cette zone a un rôle similaire à celui d’un tapis en créant un espace à part. D’où le nom de pose en tapis. Le choix de dessins créés par les carreaux à motifs est illimité. On peut créer des formes rectangulaires, arrondies, en jouant sur les couleurs…

Pose à cabochon

Cette pose est un peu l’inverse de la pose en pipe. Ici, chaque carreau de format moyen ou grand possède un petit carreau de coloris différent au niveau de chacun de ses angles. Il existe plusieurs variantes : pose décalée avec cabochon, pose à cabochon droite, pose en chevrons avec cabochon…

Pose en opus incertum

Cette pose se réalise avec des carreaux non rectangulaires. Ici, chaque carreau a une forme différente (le plus souvent des carreaux cassés) et le but est de constituer une sorte de mosaïque en alternant les formes et en laissant libre cours à son imagination. Cette pose est souvent utilisée pour le carrelage en extérieur pour des allées ou des terrasses.

Consultez notre guide des prix pose carrelage exterieur pour avoir une idée du budget de pose.

Artisan carreleur

Pourquoi passer par un artisan carreleur ?

On ne fait pas le choix d’un professionnel pour des questions d’économie. Au contraire, réaliser soi-même la pose d’un carrelage est nettement plus avantageux financièrement. Cependant, la pose d’un carrelage n’est pas évidente pour un novice et quand on n’a pas forcément de bonnes aptitudes en bricolage. Et même quand on a déjà posé du carrelage, faire appel à un professionnel peut se révéler indispensable lorsqu’il s’agit cette fois d’un sens de pose plus complexe que la pose rectiligne. Un professionnel sera à même de vous conseiller judicieusement; par exemple pour enlever du carrelage au lieu de le superposer sur de l’existant.

Pour résumer, le professionnel vous apporte certaines garanties quant à la qualité du travail réalisé. Il permet de réduire le nombre de carreaux gâchés durant la pose, voire d’éviter une pose complètement ratée.

Nous le conseillons pour les personnes qui n’ont pas l’âme de bricoleurs et pour les poses complexes. À noter que le carreleur fait aussi office de conseiller sur le sens de la pose, le choix des motifs et des couleurs. Il sera, par exemple, aussi le plus apte à vous accompagner dans le choix de peinture de carrelage au sol. Sans oublier que la pose sera forcément réalisée plus rapidement.

Tarif carreleur au m2

Le tarif d’un carreleur dépend de plusieurs critères :

  • Le carrelage : taille, forme et qualité des carreaux
  • La surface à carreler et le nombre de carreaux
  • La forme de la pièce : plus la pièce possède d’angles et d’espaces étroits et plus la pose sera difficile et longue
  • Le type de pose : par exemple, une pose droite est plus simple, plus rapide et moins onéreuse qu’une pose en chevrons
  • Le support : nécessite un support parfaitement nivelé qui peut engendrer du travail supplémentaire pour le carreleur quand ce n’est pas le cas
  • Le carreleur

En moyenne, on peut estimer que le coût d’un carreleur est compris entre 25€ et 50€ le m2. Ce tarif ne comprend pas l’achat des carreaux.

Tarif horaire carreleur

Concernant le tarif horaire d’un carreleur, il s’élève en moyenne entre 30€ et 50€ de l’heure. Le temps passé est très variable selon le nombre de découpes à réaliser. Plus il y a de découpes et plus le rythme est ralenti et donc le coût final est élevé.

Avant de vous lancer dans des travaux de carrelage, vérifiez si une rénovation de carrelage n’est pas possible.

Avantages & Inconvénients du carrelage

Avantages

Le carrelage reste l’un des revêtements de sols préférés des Français avec le parquet. Il offre une esthétique indémodable à la fois moderne et traditionnelle. De plus, le carrelage est très résistant et il s’use peu. Il ne craint pas l’humidité et ne pourrit pas.

Le carrelage est avant tout privilégié pour les pièces de sanitaires et pour la cuisine, là où les éclats d’eau et de produits sont les plus fréquents. Un autre avantage du carrelage c’est qu’il existe sous une multitude de formes, de motifs et de couleurs. On retrouve même du carrelage imitation parquet. De même, il convient parfaitement avec un chauffage au sol. On peut également le poser en extérieur.

Inconvénients

On trouve peu d’inconvénients au carrelage. Toutefois, il n’est pas très agréable pour ceux qui marchent pieds nus, car il est dur et souvent froid.

À noter qu’au niveau de l’esthétique, même s’il existe une large palette de couleur et de motifs, le carrelage peut donner un rendu un peu froid, du moins pas aussi chaleureux que le parquet. Cependant, il s’agit avant tout d’une question de goût et du style général de la maison.

Poser un carrelage : guide pratique

Évaluer le nombre de carreaux / calepinage

Avant d’entamer l’achat des carreaux, il est vivement recommandé de procéder au calepinage. Cette étape consiste à prendre les mesures de la pièce, à reproduire sur papier les dimensions de la pièce à échelle réduite et la façon dont seront posés les carreaux. Il s’agit d’un plan qui nous permet d’identifier tous les éléments contribuant au bon déroulement des travaux.

Il faut également définir le format des carreaux et le nombre de carreaux nécessaires. Pour connaître cette quantité, il suffit de calculer la superficie de la pièce. Puis, il faut calculer le nombre de carreaux nécessaires pour recouvrir cette surface en divisant la surface totale de la pièce par la surface d’un carreau. Attention à ce que les unités de mesure soient les mêmes et de préférence en m2. Par exemple avec des carreaux de 30 x 30 cm, soit 900cm2 équivalant à 0,09m2, pour recouvrir une surface de 25m2 il faut environ : 25/0,09 = 278 carreaux. Pensez à prendre environ 10% de carreaux supplémentaires pour combler les erreurs et les découpes. Autrement dit, toujours selon notre exemple, cela fait environ 306 carreaux.

Quelle couleur de joint carrelage choisir ?

Le joint est l’espace séparant les carreaux entre eux. Il est généralement constitué en ciment. De base le joint de carrelage a donc la couleur du ciment, c’est-à-dire une couleur blanche-grise selon le type de ciment utilisé.

Une couleur des joints différente de celles des carreaux créant un effet contrasté permet de faire ressortir chaque carreau, mais à l’inverse, une couleur des joints similaire à celle des carreaux de type ton sur ton permet d’obtenir un sol plus homogène. Le choix dépend avant de l’esthétique recherchée.

Toutefois il faut savoir qu’une couleur proche du blanc rend plus visibles les différentes saletés présentes à la surface des joints. Autrement dit, des joints blancs nécessitent un entretien plus fréquent. À l’inverse les joints noirs et les joints gris sont les moins salissants.

Les couleurs de joints les plus répandues sont le blanc, le gris et le noir. Néanmoins, il existe d’autres choix de coloris : beige, brun, effet métallique, rouge-rose, jaune-orange, bleu-vert.

Les joints beiges sont quasi aussi salissants que les joints blancs. Ensuite, les joints jaunes-oranges, bleus-verts et rouges-roses restent moins salissants que le blanc et le beige, mais plus salissants que le noir, le gris et le brun. Concernant le joint avec effet métallique, tout dépend de la lumière présente dans la pièce.

Pose carrelage mural

Avant de poser du carrelage mural, il faut s’assurer que le mur est plat. Il est probable qu’il faille le poncer à certains endroits et ajouter de l’enduit pour combler certains trous. Pensez aussi à vous assurer que le mur n’est pas trop humide, auquel il faut le traiter.

Pour simplifier la pose d’un carrelage mural, l’utilisation de tasseaux est conseillée. Pour placer les tasseaux il faut prendre la hauteur d’un carreau, ajouter deux épaisseurs de joints, tracer un trait horizontal et bien de niveau à cette hauteur et sur tout le long du mur. Ensuite, il faut viser les tasseaux au mur en veillant à ce que le haut des tasseaux corresponde au trait tracé.

Finalement, on peut commencer à poser les carreaux en commençant par le plus à gauche sur le dessus du tasseau. Il faut alors progresser vers la droite. Une fois la rangée horizontale terminée, il faut procéder à la suivante et ainsi de suite. Une fois la dernière rangée posée, on peut dévisser les tasseaux et poser la rangée du bas.

Pose carrelage sol

Une fois le sens de pose identifié, le plus simple est de commencer par un angle de la pièce. Attention, il faut avoir procédé préalablement à un calepinage précis.

Comme pour la pose murale, il faut progresser au fur et à mesure. Autrement dit, inutile d’étaler la colle mortier sur l’ensemble de la surface à carreler, car elle aura le temps de sécher, sauf s’il s’agit d’une petite pièce. Mieux vaut poser la colle zone par zone : on étale la colle sur une zone restreinte, on pose les carreaux correspondants, puis on pose la colle sur une autre zone et on pose les carreaux correspondants, et ainsi de suite.

Tarif pose carrelage soi-même

Pour poser du carrelage soi-même, du matériel est nécessaire :

  • Crayon à papier pour les repaires et les mesures
  • Niveau : une quinzaine d’euros
  • Grande règle de maçonnerie : une quinzaine d’euros
  • Scie à carrelage ou coupe carrelage pour la découpe : de 30€ à plusieurs centaines d’euros
  • Pince à rogner pour ajuster la découpe : 10€
  • Du mortier pour les joints : environ 15€ le sac de 25kg
  • De la colle mortier : environ 20€ à 30€ le sac de 25kg
  • Une truelle : 5€
  • Une éponge et un chiffon